26 mai 2014

Charles Dickens. "Le Conte de deux cités". 1859. Extraits.


"Chose étonnante pour qui veut y réfléchir, que tous les hommes soient constitués de façon à être les uns pour les autres un mystère impénétrable. Lorsque j'entre dans une grande ville pendant la nuit, c'est pour moi une considération grave que de penser que chacune de ces maisons groupées dans l'ombre a des secrets qui lui appartiennent; que chacune des chambres qu'elles renferment a son propre secret, et que chacun des coeurs qui battent dans ces milliers de poitrines est un secret pour le coeur qui lui est le plus cher et le plus proche!"

"Peut-être les vieux célibataires, employés confidentiels de Tellsone et Cie, n'avaient-ils que les soucis des autres; et il est possible que les anxiétés de seconde main ne soient pas de plus longue durée que les habits de hasard."