23 mai 2014

Marceline Desbordes-Valmore. (1786-1859)

 
  
Le Nid solitaire

"Va, mon âme, au-dessus de la foule qui passe,
Ainsi qu'un libre oiseau te baigner dans l'espace.
Va voir! et ne reviens qu'après avoir touché
Le rêve... mon beau rêve à la terre caché.

Moi, je veux du silence, il y va de ma vie;
Et je m'enferme où rien, plus rien ne m'a suivie;
Et de son nid étroit d'où nul sanglot ne sort,
J'entends courir le siècle à côté de mon sort.

Le siècle qui s'enfuit grondant devant nos portes, 
Entraînant dans son cours, comme des algues mortes,
Les noms ensanglantés, les voeux, les vains serments,
Les bouquets purs, noués de noms doux et charmants.

Va, mon âme, au-dessus de la foule qui passe,
Ainsi qu'un libre oiseau te baigner dans l'espace.
Va voir! et ne reviens qu'après avoir touché
Le rêve, mon beau rêve à la terre caché."

*
La Couronne effeuillée

"J'irai, j'irai porter ma couronne effeuillée!
Au jardin de mon père où revit toute fleur;
J'y répandrai longtemps mon âme agenouillée:
Mon père a des secrets pour vaincre la douleur.

J'irai, j'irai lui dire, au moins avec mes larmes:
"Regardez, j'ai souffert..." il me regardera,
Et sous mes jours changés, sous mes pâleurs sans charme,
Parce qu'il est mon père il me reconnaîtra.

Il dira: "C'est donc vous, chère âme désolée!!
La terre manque-t-elle à vos pas égarés!
Chère âme, je suis Dieu: ne soyez plus troublée;
Voici votre maison, voici mon coeur, entrez!"

O Clémence! ô douceur! ô saint refuge! ô père:
Votre enfant qui pleurait, vous l'avez entendu!
Je vous obtiens déjà puisque je vous espère
Et que vous possédez tout ce que j'ai perdu.

Vous ne rejetez pas la fleur qui n'est plus belle,
Ce crime de la terre au ciel est pardonné.
Vous ne maudirez pas votre enfant infidèle,
Non d'avoir rien vendu, mais d'avoir tout donné."

*
Je vous écris. (Extrait)

"Je vous écris à l'ombre du mystère
Puisque s'écrire est se parler tout bas;..."