13 juin 2014

Doris Lessing. "Les enfants de la violence. L'Echo lointain de l'orage". 1958. Extraits.

 


"Certaines femmes ne peuvent jamais être "elles-mêmes" avec personne si ce n'est avec l'homme à qui elles ont, provisoirement ou non, donné leur coeur. Si l'homme s'en va, il ne leur reste qu'un espace vide peuplé d'ombres. Elles portent le deuil de la personnalité momentanément disparue qu'elles ne peuvent assumer qu'avec un homme aimé; elles portent le deuil de l'homme qui donne vie à leur "moi". Elles vivent en maintenant un espace vide à leur côté, peuplé par les images de ses propres potentialités, jusqu'à ce qu'un autre homme vienne occuper cet espace, absorbe ces ombres et enfin recrée la femme et lui permette d'être "elle-même" - mais une elle-même toute neuve, puisque c'est la conception de l'homme qui la forme. Ce type de femme se reconnaît souvent, non à sa solitude, mais au nombre et à la vérité des amis et connaissances avec qui elle peut être intime mais qui, en ce qui la concerne, ne la connaissent pas "vraiment"."

"L'effort d'éviter certaines formes de discrimination raciale mène souvent à en pratiquer d'autres."

"Mais elle ne fit point ce que font la plupart des femmes quand elles comprennent leur erreur - créer une image et mener un combat sans espoir, parfois pendant des années, dans le no man's land qui sépare l'image de la réalité. Elle comprit que ses progrès dépendraient de ses propres efforts, et que ces efforts devraient rester secrets."

"Pourquoi suis-je toujours à guetter les échos des autres dans ma voix et dans ce que je fais?"

"Cela prouve ce que j'ai toujours dit des réactionnaires. Ils connaissent toujours les faits. Ils savent toujours qui est membre de quoi. Ils savent qui a écrit des lettres à qui. Ils savent qui a assisté à telle ou telle réunion. Ils savent qui est apparenté à qui, et qui l'on peut faire parler. Cela, ils le savent à cause de leurs espions. Mais ils ne savent jamais interpréter ces faits, parce qu'ils essaient de se mettre à notre place avec leurs cerveaux pourris."

"Ce n'était pas qu'elle oubliât la nature de ses pensées; c'était plutôt que jamais elle n'avait imaginé que les pensées pussent "compter". En bref, Mme Quest ressemblait à quatre-vingt-dix-neuf pour cent de l'humanité: si elle passait son après-midi à faire des confitures en ressassant des pensées envieuses, méprisantes, haineuses, violentes -, eh bien, elle avait passé l'après-midi à faire des confitures."

"L'opinion publique avait changé. Ce dont les gens avaient peur - voilà ce qui avait changé. La peur avait changé de camp."

"- quand tu quittes un pays, tu as quitté tous les pays à jamais."

"Je ne l'aurais jamais cru si on me l'avait dit, il y a des choses contre lesquelles on ne peut rien, des choses en nous-mêmes qui mûrissent toutes seules. Jusqu'ici j'ai toujours cru qu'il suffisait de vouloir pour agir."

"Va-t'en d'ici, Matty. Tu ne peux pas savoir le bien que cela fait, d'aller prendre l'air ailleurs - cela rend humain. On ne peut pas imaginer comme c'est horrible ici, avant d'en être parti."

"Une personne absente nous reste présente aussi longtemps que nous entendons encore ses paroles."