21 juin 2014

Vaclav Havel. "Essais politiques. Le sens de la Charte 77." 1986. Extraits.


"... personne ne pourrait se soustraire à la manipulation générale tant que la société resterait divisée par son indifférence et que les uns assisteraient sans protester à la persécution des autres, à comprendre qu'une attaque dirigée contre la liberté d'un seul porte atteinte à la liberté de tous."

"Dire qu'une chose est d'essence ou d'origine éthique, c'est dire que nous ne la faisons pas pour des raisons "pragmatiques", parce que nous servons, certains qu'elle puisse réussir à court terme, donner des résultats tangibles, vérifiables, matériels, mais simplement parce que nous la jugeons bonne."

"Le civisme, c'est le courage, l'amour de la vérité, la conscience toujours en éveil, la liberté intérieure et la responsabilité librement assumée pour la chose publique."

"C'est son devoir (au citoyen) de dire la vérité à haute voix, toujours à nouveau, en tenant compte de l'esprit du temps, mais sans s'arrêter aux revers momentanés. Son devoir de porter cette vérité à la connaissance de ses concitoyens et des pouvoirs constitués, d'en exiger le respect et de chercher ainsi - quel que soit dans l'immédiat le succès ou l'insuccès de ses efforts - à rendre possible une discussion publique démocratique. Son devoir de rappeler, de réaliser et de renforcer le principe de la participation de la société à l'administration des affaires publiques, le droit de chaque citoyen à sa part de responsabilité."

"La Charte montre que nous pouvons nous comporter en citoyens même dans la situation la plus difficile, revendiquer nos droits et tenter de les faire valoir. Qu'un citoyen peut dire la vérité même sous le règne du mensonge institutionnalisé. Que chacun peut assumer sa coresponsabilité pour le destin de la collectivité, sans attendre une directive d'en haut. Bref, que chacun qui aspire à un changement peut commencer par lui-même, dès maintenant."

"Tout pouvoir est un pouvoir sur quelqu'un. Si total soit-il, il n'est jamais sa propre création, quelque chose qui planerait dans le vide, on ne sait où en dehors du monde. Tout pouvoir est, jusqu'à un certain point, l'oeuvre aussi de ceux qu'il régente. Une infinité d'accords tacites et d'interactions complexes lient le pouvoir à la société. C'est un drame à multiples péripéties, fait de pressions et de concessions réciproques."