27 août 2015

Anne Fine. "Au secours, c'est Noël!". 2003. Extraits.


"Je me dis qu'au fond Noël c'est comme un ballon de baudruche qu'on vient de gonfler: si on le lâche par inadvertance avant d'avoir fait un noeud, fr-fr-fr-fr-fritt!, il redevient tout petit et tout fripé.
Eh bien, le temps qu'on passe à attendre, à espérer, à souhaiter des choses, c'est comme les petites bouffées d'air qu'on souffle dans le ballon pour le gonfler.
- Qu'est-ce que tu as commandé pour Noël? (Pff!)
- Un nouveau vélo. Et toi? (Pff!)
- Il y aura des saucisses, en plus de la dinde rôtie? (Pff!)
- T'as vu ce qu'ils vont passer à la télé, pour Noël? Génial! (Pff!)
Avec votre imagination, vous gonflez, vous gonflez, jusqu'au moment où l'idée que vous vous faites de Noël devient énorme, brillante, parfaite, comme un ballon. Mais quand vous essayez de faire un noeud à un ballon bien gonflé et que vos doigts glissent, tout l'air sort en faisant un bruit indécent, le ballon s'échappe zigzaguant comme un fou en tous sens, et finit par retomber, tout triste, tout flétri, comme s'il n'avait jamais été rien de plus que cela.
Eh bien, je commence à penser que Noël c'est pareil."