03 octobre 2016

Doris Lessing. "Une histoire pas très jolie". Nouvelle. 1993. Extraits.


"Althea et Muriel restèrent ensemble, l'une pleurant et parlant, l'autre écoutant, ne s'interrompant que quand les enfants entraient, toute cette journée-là, et tout le lendemain, et plusieurs jours encore. Car Muriel comprenait que c'étaient les mots et les larmes qui comptaient, et non ce qui se disait: bientôt l'énergie de la souffrance, la tension du conflit s'épuiseraient, minimisant toute l'affaire."

"Nous avons besoin de nous sentir tristes, anxieux, soucieux, joyeux, désespérés, ravis. J'éprouve. Tu éprouves. Ils ont éprouvé. Nous éprouvions... Si nous n'éprouvons rien, comment pouvons-nous croire qu'il nous arrive quoi que ce soit?
Et comme aucun de nous n'éprouve autant de choses qu'on nous a dit qu'il le fallait pour nous révéler profonds et sincères, heureusement qu'il y a la télévision pour nous faire voir d'autres gens ressentir les émotions à notre place. Alors, dites-nous, madame, qu'avez-vous éprouvé en croyant que vous alliez mourir là, brûlée? Pendant ce temps, les téléspectateurs psalmodieront notre acte de foi à tous: J'éprouve, donc je suis."

"Les événements à venir projettent leur ombre à l'avance. Ne le sens-tu donc pas?"