09 mai 2017

Bahiyyih Nakhjavani. "La Femme qui lisait trop." 2007. Extraits.


"A quoi bon lire l'avenir, se demandait-elle, si l'on ne peut le maîtriser?

"Ne pouvant pas lire l'avenir, il gardait l'oeil fixé sur le passé afin de voir la route devant lui."

"Il est en général plus commode de répéter une vieille histoire que d'en inventer une nouvelle, mais même les mensonges les mieux racontés ont parfois la vue courte devant les longues vérités de l'éternité."

"Et comme il est toujours plus facile de se faire bien voir en dénigrant autrui, elle s'attaqua à la prisonnière à la fin du repas."

"Tandis que la poétesse commençait à leur raconter la vieille histoire de l'amour impossible entre ce qu'une femme aspire à faire et ce qu'elle réussit à accomplir, entre ce que l'âme souhaiterait dire et les mots dont elle dispose pour le dire. Tandis qu'elle leur expliquait que langage et mariage étaient des ponts, simplement, entre l'homme et la femme, entre la langue et l'oreille; que c'étaient les moyens grâce auxquels construire, dans lesquels abriter, sur lesquels élever de nouvelles significations à chaque génération. Quand un mariage était fidèle, il donnait naissance à la poésie, conclut-elle. Sinon, il devenait lettre morte d'un jour à l'autre."

"La seule véritable liberté s'acquérait en captivité, songeait-elle tout en nattant les dernières pauvres mèches. La seule émancipation consistait à survivre sous la contrainte."

"Nulle évasion n'était possible pour ceux qui se réfugiaient dans leur ignorance."

"... le seul endroit où fuir, c'était loin de la peur."

"Ne préférez-vous pas la vérité à votre orgueil?"

"Il est des cruautés qu'on ne peut mettre en paroles."

"La plupart des gens répétaient tout le temps les mêmes choses et c'était très ennuyeux; leurs paroles étaient comme des parentes pendant un chaud après-midi, geignantes et gémissantes, et se plaignant de la chaleur à la manière de vieilles femmes à un enterrement. Peu de gens osaient en utiliser de nouvelles: elles étaient comme des éclairs pendant un orage; elles faisaient peur."

"L'humour est la pire des hérésies au royaume de l'orgueil."

"La seule chose que les livres ne peuvent surmonter, c'est notre lâcheté collective."